Lightning Source France : mon avis sur cet imprimeur POD pour l’auto-édition

J’ai choisi l’auto-édition, comme beaucoup d’auteurs. Puisque j’aime le papier, je travaille avec un imprimeur. Après de nombreuses tergiversations, j’ai choisi Lightning Source France, un imprimeur spécialisé dans la POD (« Print On Demand » / impression à la demande). Je vous explique pourquoi et comment s’est passée ma première expérience avec eux.

POD ?

L’impression à la demande (POD en anglais ou IAD en français) consiste à imprimer un livre à l’unité. Peu importe le volume de la commande, même un seul exemplaire peut-être imprimé et livré au client. Ça n’a l’air de rien mais c’est une petite révolution. Pas de stocks donc pas de risques. L’idéal pour un petit auteur auto-édité. Pour cela il faut des machines spéciales encore peu répandues. La plus connue est l’Espresso Book Machine dont je vous parlais ici-même il y a peu de temps.

Imprimeur ou éditeur ?

Si vous avez fait le choix de l’auto-édition et que vous souhaitez faire imprimer votre livre, la question du choix de l’imprimeur va vite se poser. Et j’insiste bien sur ce mot : « imprimeur ». Car il existe une zone grise entre les éditeurs et les imprimeurs : ceux qui se positionnent un peu entre les deux. Lisez mon article sur l’auto-édition pour y voir plus clair.

Lightning Source France fait clairement partie de la catégorie des véritables imprimeurs dont le métier est d’imprimer votre bouquin, point barre. Et c’est bien ce que je recherchais. Si, a contrario, vous cherchez une société pour vous accompagner dans les nombreuses démarches de l’auto-édition (le formatage de votre livre, la distribution et la gestion des ventes et royalties par exemple), sachez que la maison mère Lightning Source (un des leaders mondiaux de l’impression à la demande) appartient ou géant Ingram dont la spécialité est la distribution de contenus numériques ou physiques depuis plus de 50 ans. Bref du costaud. Et ce fameux Ingram a mis en place une solution, nommée IngramSpark adaptée aux auteurs ou petits éditeurs qui ont besoin d’aide dans la conception et la distribution de leurs contenus. Vous me suivez ?

IngramSpark sera donc à mettre au niveau des autres solutions du marché que sont CreateSpace (Amazon) et Kobo Writing Life (Fnac), pour les offres distributeur, ou encore BlurbLulu, TheBookEdition etc. J’en parle un peu plus longuement, encore une fois, dans mon article sur l’auto-édition.

Mais revenons à nos moutons : Lightning Source France, l’imprimeur.

Pourquoi Lightning Source France ?

A partir du moment où un auteur décide de bosser en solo avec un imprimeur et distribuer lui-même ses bouquins (via mon site WordPress et l’extension WooCommerce en ce qui me concerne), il reste à choisir l’imprimeur. Ceux qui proposent de la POD sans passer par un service d’accompagnement des auteurs (voir plus haut) ne sont pas nombreux, surtout en France. Il y a CPI France (Firmin Didot), Jouve et donc Lightning Source France.

J’ai d’abord choisi LSF en raison de leur proximité. Leurs bureaux et l’imprimerie se trouvent à Maurepas dans le 78. J’apprécie de pouvoir les rencontrer physiquement en cas de besoin et de pouvoir contrôler les bouquins sur place. Ensuite, ce qui a achevé de me décider c’est leur renommée. En effet beaucoup d’éditeurs et d’auteurs semblent leur faire confiance et sont satisfaits de la qualité en POD. J’avais moins d’infos sur leurs concurrents. Enfin, c’est le prestataire (plutôt une filiale en fait apparemment) privilégié du groupe Hachette pour la POD. Forcément, ça rassure.

Comment s’est passée notre collaboration ?

J’ai d’abord pris contact avec eux par e-mail pour leur poser une question simple : travaillaient-ils avec des petits auteurs auto-édités en direct sur de faibles volumes. Je pensais me faire jeter… D’autant qu’ils ont créé il y a peu un service dédié à ce public (IngramSpark). Mon contact chez eux, Stéphanie, m’a expliqué la différence entre les deux services sans forcément m’aiguiller vers l’un ou l’autre. J’ai finalement choisi de travailler avec LSF pour mes commandes groupées distribuées sur mon propre site et les exemplaires à destination des médias (par lots de 50 exemplaires pour l’instant) et avec IngramSpark pour la POD et la distribution de mes livres à destination du grand-public.

Stéphanie, que j’ai eu plusieurs fois au téléphone et avec qui j’ai beaucoup échangé par e-mail, m’a fait parvenir les gabarits PDF pour finaliser mes documents imprimables (réalisés sous Adobe InDesign par mes soins) et les mettre au format choisi. Elle a aussi répondu très vite à mes interrogations techniques ou administratives. Sa disponibilité et sa patience furent à toute épreuve.

Après réception d’un devis sur-mesure, j’ai donc commandé 50 exemplaires début mai pour une livraison à la fin du mois. Il y a eu un petit bug du côté de LSF pendant ce délais car ils semblaient surchargés. « On marche tous un peu sur la tête en ce moment », m’a-t-elle confié en s’excusant. Ils ont donc commencé l’intégration de mon livre un peu tard.

J’ai ensuite reçu une « épreuve » c’est à dire un exemplaire de contrôle de mon livre. De leur côté rien à dire : l’impression et le façonnage (pliage et découpes) étaient parfaitement exécutés, le papier de qualité. Par contre de mon côté j’ai identifié deux erreurs : un cadre qui n’avait rien à faire ne page 37 de mon livre et le texte de la tranche pas tout à fait centré. J’ai donc corrigé les fichiers et les ai averti de cette manipulation avant de lancer l’impression définitive des 50 exemplaires.

Autre petit bug, mon numéro ISBN, utilisé par ailleurs chez Blurb pour tester leur services, a généré un conflit lors de son utilisation chez LSF. J’ai donc été livré début juin, juste avant mon petit événement de présentation du livre. Il a d’ailleurs fallu que j’aille chercher la commande directement sur place pour gagner du temps. Avantage de la proximité quand on sait qu’une grande partie des imprimeurs français bossent dans le Nord, le Nord-Est ou l’Ouest de la France.

Sur place, à Maurepas : les usines Hachette

Lightning Source France - Les locaux à Maurepas
Lightning Source France – Les locaux à Maurepas

En allant chercher ma commande chez LSF, je ne m’attendais pas à débarquer dans une immense usine. Il s’agit en fait des usines Hachette. Contrôle à l’entrée, un plan en main pour trouver les bureaux de Lightning Source me voilà parti. 15 minutes de vagabondage au milieu du bruit assourdissant des rotatives et des tapis roulants plus tard… Je rentre dans une pièce blanche baignée de lumière dans laquelle bossent une petite dizaine de personnes sur de « petites » (en comparaison avec ce que je venais de traverser) machines au milieu de vaporisateurs censés veiller sur l’hygrométrie de la pièce. Étrange ambiance. Benjamin et Alexis finirent par m’accueillir chaleureusement afin de me remettre le paquet.

Verdict

Carton de 50 exemplaires dans le coffre
Carton de 50 exemplaires dans le coffre

Rien à dire : tout était parfait. La couverture mate est vraiment belle, le façonnage est très propre et précis et je n’ai décelé pour l’instant aucune erreur de fabrication si ce n’est l’ajout de quelques pages vierges à la fin (dont je n’ai pas eu la justification) mais qui ne sont pas gênantes.

Il s’agira simplement de se méfier de la priorité que LSF pourrait très logiquement donner aux grosses commandes (Hachette et autres) par rapport aux petits éditeurs ou aux auteurs auto-édités. Mais à ce jour, malgré quelques tous petits bugs, je reste agréablement étonné de la relation commerciale dont j’ai pu bénéficier pour une commande d’à peine 150 Euros. Pourvu que ça dure.

#divider-5bceba9c7c8e7 .divider-inner{ border-width:2px; height:2px; margin: 0 0 0 auto; }

POUR ALLER PLUS LOIN : un bon article d’Actualitte sur Lightning Source france.

AXEL BOLU
AXEL BOLU
Auteur ou écrivain (en dilettante), rêveur et égocentrique (à plein temps)
Articles reliés
Showing 4 comments
  • PJ127

    Bonjour et merci pour votre article.
    J’ai un projet d’auto-édition, mais j’ai l’impression au vu de la page IngramSpark des distributeurs, qu’ils sont tous anglophones : https://www.ingramspark.com/Portal/distribution_partner.

    Avez-vous réussi par IngramSpark à être référence sur les bases du livre françaises (Dilicom, Electre, etc.) et être vu et commandé par les librairies physiques traditionnels ou les enseignes et les sites en ligne (FNAC, fnac.com, chapitre.com) ?

    De plus, Stéphanie m’a dit que LightningSource n’était que pour les éditeurs d’au moins 5 titres, et qu’il fallait que je passe par IngramSpark sinon (mais elle me dit désormais qu’elle ne sait pas si je serai référencé).

    Merci.

  • AXEL BOLU

    Bonjour PJ127 (quel pseudo charmant !) et merci pour votre commentaire.

    Chez IngramSpark, je ne me suis pour l’instant occupé que de la partie distribution digitale. Je ne peux donc pas vous renseigner sur la distribution physique en France. Côté digital, mon inscription au programme a subi quelques difficultés en raison de soucis d’ISBN avec un autre opérateur (Blurb) chez qui j’avais initialement tenté de distribuer mon livre avant de changer d’avis. Il a fallu transférer l’ISBN de mon livre là ou il aurait été plus simple (avec le recul) d’utiliser simplement un autre ISBN. Un ISBN par distributeur, apparemment ça serait la règle (j’avais lu le contraire : un ISBN par édition/format peu importe le distributeur).

    Pour LightningSource, j’ai un peu l’impression qu’ils testent le marché. Avant de parler à Stéphanie, je pensais également qu’un petit auteur indépendant ne les intéresserais pas. Et je me demande encore comment ils arrivent à rentabiliser un tirage de 50 exemplaires avec les petites galères de calage inhérentes à l’amateurisme (relatif) et à l’exigence (c’est normal après des mois d’écriture) d’un petit auteur indépendant.

    Ils ont peut-être finalement changé leur fusil d’épaule…

    N’hésitez pas à nous tenir au courant de vos avancements dans votre quête du dispositif de distribution ultime.

  • nani

    Mais comme j’ai pu l’apprendre plus tard, la première étape est d’écrire.

    • AXEL BOLU

      C’est VRAI. Rien de plus à ajouter.

Laisser un commentaire

Ecrivez-moi