Steve Jobs adulé : signe des temps

Est-ce que je parais si asocial que ça, voire conservateur, en affirmant que je trouve surprenant qu’on puisse à ce point être attristé par la mort de Steve Jobs ? Autrefois on pleurait des artistes, des inventeurs, des scientifiques, des intellectuels, des révoltés politiques, des humanistes… Des gens qui oeuvraient pour les émotions, pour l’espoir, la vie, la paix, l’homme.

A la limite qu’on s’attarde sur Apple le jour où la firme disparaîtra ça je peux le comprendre. Apple a participé à une révolution industrielle qui risque d’avoir des répercussions énormes dans les années voire les siècles à venir. Ce sont d’excellents produits d’une qualité technologique et ergonomique indéniable, au design impeccable. Mais surtout Apple a aussi été le cocon d’un paquet de scientifiques et inventeurs chevronnés et créatifs ; Steve Wozniak en tête. Remettons les choses en place : l’inventeur du premier “personal computer” Apple c’est Wozniak, pas Jobs. Le Mac c’est aussi “Woz” et les autres ingénieurs d’Apple. Steve Jobs n’est en réalité qu’un excellent manager, un businessman hors du commun, un visionnaire en matière de capitalisme, de marketing et de communication.

Aujourd’hui les gens admirent ces compétences au même niveau que les autres. Les temps changent ma bonne dame. Les temps changent…

Je ne souhaite pas ici faire gratuitement mon bon français contestataire de base, à contre-courant pour la beauté du geste. Steve Jobs, malgré une personnalité contestable, mérite sans doute la reconnaissance de ses pairs. Comme n’importe quel homme, si tant est qu’il aie bonne conscience (je ne suis pas dans sa tête et je me méfie des ragots et des expectatives que je ne suis pas allé vérifier en matière d’écologie, d’exploitation de la main d’oeuvre etc…), il mérite notre respect et pourquoi pas celui des professionnels du métier aussi, qui le portent certainement au rang de modèle. Mais les autres ? Ces millions de gens qui se sentent “touchés” par son décès, qui postent un petit “R.I.P.” sur Twitter ou Facebook ? Connaissaient-ils Jobs personnellement ? Travaillent-ils tous dans l’informatique, le marketing ou le design ?

Je constate seulement que les valeurs de ce siècle ne seront sans doute pas les mêmes que celui du siècle d’avant. Tout comme d’ailleurs les valeurs du 20ème siècle n’étaient sans doute pas les mêmes que le précédent. Je suis peut-être un peu nostalgique mais j’assume. Jamais le business et la technologie ne me feront autant rêver que l’art ou les gens. Mais en matière d’émotion évidemment, chacun voit midi à sa porte.

AXEL BOLU
AXEL BOLU
Auteur ou écrivain (en dilettante), rêveur et égocentrique (à plein temps)
Articles reliés

Laisser un commentaire

Ecrivez-moi